Je ne teul’fais pas dire (9)

Aujourd’hui je me sens : Un peu « honteuse » tellement je suis peu régulière sur ce blog.

Ce matin la première personne à qui j’ai parlé une fois sortie de la maison : La copine de rando qui m’a emmenée dans sa voiture.

J’ai été super contente de : la réponse d’une blogueuse/formatrice sur Musescore. Je n’y croyais pas, elle m’a renseignée très gentiment sur une chose que je n’arrivais pas à faire. En fait, ce n’était pas possible, mais elle m’a indiqué comment contourner le problème.

Ça m’a franchement énervée de : Retourner dans ce restaurant qui sent le graillon. On y mange pas mal, mais j’ai été obligée de laver tous mes vêtements. Je précise que je n’avais pas choisi ce resto mais quand on est en groupe…

Ma conversation/situation surréaliste de la semaine : « A chaque fois que je coupais un arbre, je faisais gagner 10,000 euros à la France » Dixit un sdf avec qui j’ai discuté avant le marché.

Je suis grognon : Ce maçon qu’il faut relancer, relancer, pfff, il nous oublie trop facilement celui-là, pourtant c’est pour du travail.

Nan, mais franchement, tu trouves ça normal de/que : Ce soit déjà le printemps ?

C’est exquis de : Prendre un peu le soleil.

Ça me rend extatique : L’accenteur mouchet en haut de son arbre à plus de 10 m de haut. « twiout twiout, ti ti tit, ti ti tit, twiout twiout ». Incroyable la portée du chant de ce petit oiseau (qui ressemble à un moineau) si discret d’habitude.

En ce moment je lis : Je relis Norek « Surface ». Pour mon club de lecture. J’aime toujours autant.
Je dis « respect » à : Graeme Allwright qui est disparu il y a peu. C’était toute mon adolescence. Je vois aussi ma mère raconter que mon fils – 10 ans – chantait à tue-tête « jolie bouteille, sacrée bouteille ».

Je ne résiste pas à : Une petite visite dans les magasins dégriffés. Je n’ai rien à y acheter, mais je reviens toujours avec des choses toutes plus étranges les unes que les autres. La dernière en date, c’est ce t-shirt anti uv finnois. Etiquette mi finnois mi suédois. Heureusement qu’ils avaient marqué « 50+ ».

J’vais t’dire une bonne chose : J’en ai marre que les gens traversent mon village à des vitesses très excessives. Semi remorques, voitures, motos, tous dans le même sac.

Dans ma bagnole je n’ai besoin de personne et j’écoute à fond : Toujours France Inter. J’adore les playlist de Djubaka.

La pensée hautement philosophique de la semaine : Rien entendu de tel.

Je me taperais bien : Un très bon dessert. Celui d’hier était bizarre.

J’ai été raisonnable : plutôt en général.

Cette semaine pour la première fois j’ai : acheté un arbre en « fin de vie » à 1 euro dans les soldes du magasin allemand, arrivée à la maison, j’ai vu qu’il pouvait être sauvé. Ouf !

C’est bien la dernière fois que je : mange du chocolat blanc. Beurk.

L’émission de tv, de radio, ou l’article de presse qui m’a le plus frappé cette semaine c’est : Cette semaine pas grand-chose mais dans le mois dernier le film policier égyptien « Le Caire confidentiel ». C’est vraiment dégueulasse la corruption à ce niveau.

Plutôt que d’être assise à mon bureau, là tout de suite j’aimerais mieux : Je ne reste jamais trop longtemps grâce ou à cause de mon siège ballon de fitness. Une belle invention ce truc !

Je ne teul’fais pas dire (8)

Aujourd’hui je me sens : Bien.

Ce matin la première personne à qui j’ai parlé une fois sortie de la maison : Une amie de rando à l’épicerie du village.

J’ai été super contente de : recevoir une carte d’Edmonton. Merci Dr Caso !

Ça m’a franchement énervée de : L’aide ménagère qui est venue en remplacement de la dame habituelle. En une heure et demie de temps, elle t’a bâclé ça !!! Pour dire, en soulevant les chaussures qui sont à l’entrée, j’ai trouvé de la terre ! Si ça avait été celle qu’on m’avait envoyé au départ, je crois que j’aurais renoncé à prendre une aide ménagère. En plus elle m’a raconté sa vie et celle de son mari !

Ma conversation/situation surréaliste de la semaine : « Est-ce qu’on reviendra au parking », c’est la fille d’une connaissance, adulte handicapée et très très angoissée qui se demandait si en partant pour une rando, si la rando revenait au point de départ !!!

J’imaginais de larguer tout le monde en pleine nature « allez revenez tout seuls », mais elle ne comprend pas l’humour, absolument pas.

Je suis grognon : L’éloignement avec ma petite fille me pèse.

Nan, mais franchement, tu trouves ça normal de/que : Nous les femmes, devons dépendre d’un homme pour pouvoir avoir une retraite décente. J’ai travaillé toute ma vie. Certes j’ai commencé mon travail après avoir poursuivi mes études – sans bien les rattraper d’ailleurs- puis une période de chômage, un congé maternité minimum (on était plus payé au chômage qu’en maternité). Puis payée en partie en primes. Et voilà, il m’aurait fallu continuer à travailler jusqu’à… 65 et plus. Pffff. Et beaucoup de mes copines sont comme ça. Certaines font des petits boulots, jusqu’à quand ?

C’est exquis de : Défaire des écheveaux en faisant des pelotes. J’ai acheté le matos qui faut (écheveaudoir et pelotonneuse) et je tourne, je tourne, c’est hypnotisant, et en plus ça fait du vent. Cette jeune femme s’est filmée :

Ça me rend extatique : La Badinerie jouée comme ça :

Et comme le fait remarquer un commentateur « le souffleur dirige aussi ! ».

En ce moment je lis : « De l’amour en Autistan » Josef Schovanec. Extraordinaire ! Du même auteur, j’avais lu « Je suis à l’Est ». C’est assez rare pour le souligner, je n’arrêtais pas de lire des passages à mon mari tellement, je trouvais ça intéressant et amusant malgré le dramatique des situations. Rarement je n’aurai eu envie de relire un livre immédiatement, car il m’a manqué un peu de vocabulaire parfois.

Je dis « respect » à : Maryam Mirzakhani, seule femme prix de la médaille Fields. C’est rapport avec le livre précédent.

Je ne résiste pas à : ces cookies gourmands que j’ai fait pour mon père.

J’vais t’dire une bonne chose : Le monde va très mal, très très mal. Ca me donne envie de me recroqueviller dans ma coquille.

Dans ma bagnole je n’ai besoin de personne et j’écoute à fond : J’ai circulé Jeudi, jour de grève, et j’ai apprécié la playlist de France Inter, et surtout bizarrement les transitions entre les morceaux, extraordinaires.

La pensée hautement philosophique de la semaine :

Je me taperais bien : Tous les cookies mais…

J’ai été raisonnable.

Cette semaine pour la première fois j’ai : J’ai ouvert un placard très haut placé dans ma chambre. J’y ai trouvé le trousseau de ma grand-mère ! Un peu « rouillé ». A laver tout ça !

C’est bien la dernière fois que je : Commence une couverture (double knitting) de cette taille en tricot. J’ai presque fini, mais franchement, j’en ai ras la casquette !

L’émission de tv, de radio, ou l’article de presse qui m’a le plus frappé cette semaine c’est : C’était pas cette semaine à la télé, mais j’ai adoré le film « Le tout nouveau testament » Avec Poelvoorde, Yolande Moreau et Catherine Deneuve. Qu’est-ce que j’ai ri ! C’est complètement déjanté comme j’aime.

Plutôt que d’être assise à mon bureau, là tout de suite j’aimerais mieux : Dehors dans mon jardin, allez, avant la pluie qui s’annonce cet après-midi.

Les états d’esprit du vendredi

« Les états d’esprit du vendredi » : très librement inspiré du blog Zenopia.be en passant par Roseline.

Fatigue : Faut pas que je me plaigne. C’est l’hiver, je dors comme un bébé.

Humeur :  Guillerette et hyperactive.

Estomac : Tout va bien.

Condition physique : Au mieux je pense, la marche régulière (4 h par semaine minimum) me fait beaucoup de bien.

Esprit : Je garde toujours en tête mes différentes activités en cours. C’est le temps de réflexion avant la création elle-même. Je pense la déco de la salle pour mon repas d’anniversaire.

Boulot :  Bien que je ne travaille pas, mes nombreuses activités bénévoles me prennent un temps fou. Je me suis rajoutée encore deux trucs (une fabrication de petits vêtements pour des prémas, et la tenue du site internet de ma chorale).

Culture : J’ai lu un livre magnifique « Je ne reverrai jamais le monde – textes de prison » d’Ahmet Altan. Si vous avez un peu de temps, lisez les premiers commentaires sur Babelio.

« …Feuillets après feuillets, mêlés entre les écrits de procédure, les conclusions et les documents de défense de ses avocats, Ahmet Altan a fait sortir son livre de prison. Par pièces détachées, avant qu’elles ne soient rassemblées au dehors.
Ce livre est d’abord un livre traduit. Il n’a pas été publié en Turquie. Et la traduction française par Julien Lapeyre de Cabanes est excellente.
Ahmet Altan s’est fait arrêter dans la vague de répression arbitraire qui a suivi le coup d’état manqué en Turquie en juillet 2016.
Ce n’est pas un livre sur la politique (c’est un texte politique, un texte engagé et entier mais il ne traite pas des rouages politiques en tant que tels). C’est un livre sur la prison. Sur l’enfermement, sur la force de l’esprit et l’importance de la littérature…
 »

Penser à :  Aller faire imprimer des photos pour les afficher.

Avis perso :   La Turquie marche sur la tête. Et tous ces pays où la délation est monnaie courante, ça me dégoute.

msg pers :  « Prends du temps pour toi »

Amitiés : Je prépare un séjour en Touraine pour l’anniversaire de ma copine « de patins à roulettes ». Je ne l’ai pas revue depuis cette période. On aura un peu changé !!!

Love : Présent et attentif comme toujours.

Sorties : Marche ce matin. Profitons qu’il ne pleut pas encore.

Divers :   Il y en a tellement !

Courses : Une fois par semaine seulement, ça suffit.

Envie de :  Faire un gâteau aujourd’hui. Ne reste qu’à choisir la recette dans les ingrédients de saison.

Musique : Je me sens vieille avec la playlist de grève de France Inter. Que des inconnu(e)s ou presque. C’est pas mal, mais je suis perturbée.

Un tag pour changer

Merci à Antiblue (via Bleck). Ca comble mon manque d’inspiration.

Prends le livre le plus proche de toi, page 24, écris la première phrase :

« Le corps amplement rassasié  – alexandra gardera toute sa vie un solide appétit -,  l’esprit est nourri par le catéchisme catholique, mais « l’hérétique » protestante est dispensée d’assister à la messe quotidienne. »

L’héroïne est très jeune et vient d’intégrer un internat catholique où on « gavait consciencieusement les fillettes »

Biographie d’Alexandra David-Neel Exploratrice et féministe, « L’art de se sauver » Laure Dominique Agniel chez Tallandier.

Sans vérifier, qu’elle heure est-il :

8 h…

Il est après vérification 8 h 39.

 

Que portes-tu ?

Tenue du matin avant la douche. Chaude la tenue, le poêle à bois n’est pas encore allumé.

 

Avant de répondre à ce questionnaire, que regardais-tu :

Le blog du D.Caso et son lien qui n’existe plus vers un gâteau italien aux pommes.

 

A part le bruit (éventuel) de l’ordinateur, qu’entends-tu :

Les poc poc poc du chat qui se déplace sur le plancher. Je viens de l’engueuler parce qu’il jouait avec un fil de tricot qui pendouillait.

 

Quand es-tu sorti pour la dernière fois, qu’as-tu fait (dans le sens loisir) ?

Le temps est tellement pluvieux qu’une sortie loisir remonte à ma dernière rando vendredi matin dans la campagne saintaise.

 

Cette nuit as-tu rêvé ?

Comme d’habitude. Des choses très complexes. Si mes souvenirs sont bons, il y avait M. Blanc.

 

Quand as-tu ri pour la dernière fois ?

Il y a 5 mn. Ca devait être un jeu de mot de M. Blanc. Il est très fort à ce jeu.

 

Qu’y a-t-il sur les murs de la pièce dans lequel tu es actuellement ?

Je suis dans notre salon. Je suis en train de repenser la déco avec des photos que j’ai faites. C’est en « chantier ».

 

Si tu deviens subitement multi-millionnaire, qu’achètes-tu ?

Je n’y ai jamais pensé, mais je pense qu’un grand logement et du personnel pour l’entretenir serait ma priorité.

 

As-tu vu quelque chose d’étrange aujourd’hui ?

Non.

 

Alors ce questionnaire, tu en penses quoi ?

Jusqu’à présent, c’est pas trop mal.

 

Dis-moi quelque chose que nous ne savons pas déjà…

Il y en a tant !

 

Quel prénom porterait mon enfant si ça avait été une fille ?

Blanche.

 

Quel prénom porterait notre troisième fils, si nous avions eu un troisième fils ?

Plus de trois enfants ? Inimaginable.

 

As-tu déjà pensé à vivre à l’étranger ?

Oui. En Turquie avec mon premier mari.

 

Que voudrais-tu entendre de la part de Dieu à ton arrivée au paradis ?

Qu’est-ce que je disais à propos du questionnaire ? Là, il dérive.

 

Si tu peux changer quelque chose dans le monde absurde où nous vivons, tu ferais quoi ?

Je confierais les principaux pouvoirs aux femmes, moins de testostérone, moins de guerres. Savez-vous que les femmes pilotes conduisent mieux et moins vite parce qu’elles ont un instinct de conservation ?

 

Quelle est la dernière chose que tu as regardé à la télévision ?

Le début du film avec Robert Mitchum, « La fille de Ryan », bof, et de toutes façons, j’attendais le Skype avec mon fils (décalage horaire oblige)

 

 Quelles sont les personnes que tu souhaites voir reprendre ce tag’ à la con ?

Qui veut. En général je ne les fais pas, mais là, ça m’a amusé.

 

 

Je ne teul’fais pas dire (7)

Pas d’inspiration, pas envie de raconter ma vie en détail. Ca sent la fin de cet exercice.

Aujourd’hui je me sens : Fatiguée et morose. Mauvaise nuit… ça arrive.

Ce matin la première personne à qui j’ai parlé une fois sortie de la maison : La factrice pour lui donner la suite de notre histoire rocambolesque de colis perdu en Grande Bretagne. Nous allons bénéficier d’une « enquête internationale » !! , autrement dit par la factrice « ils auront toujours une bonne excuse pour avoir perdu notre colis. »

J’ai été super contente de : Ranger mon chai. Le chai dans la région, c’est la buanderie, la cave, la réserve de confiture et tout le bazar qu’on ne veut pas voir dans la maison et qui va partir à la déchèterie ou au grenier.

Ça m’a franchement énervée de : Me faire « importuner » dans les bois. Je cherchais des Pieds de mouton, un monsieur à moto ! oui à moto ! Arpentais les bois. Je ne détaille pas, mais je m’en suis sortie de justesse. Je suis trop naïve. Je m’en suis tirée avec une accolade un peu trop appuyée et une main aux fesses. Il sentait la bière. Heureusement que je marche vite, mais en repartant je n’en menais pas large.

Ma conversation/situation surréaliste de la semaine : « coucou c’est ta mère » Mon fils qui était en déplacement dans les Îles sous le Vent en est tombé des nues. C’est très rare que je passe un coup de film de l’autre côté de la terre. Rien de grave, je n’avais pas des nouvelles de la petite famille depuis 15 jours et je me faisais un film. J’ai été rassurée, ils sont simplement surbookés.

Je suis grognon : A cause de toute cette pluie, je travaille dans mon jardin par période, c’est trop trempé.

Nan, mais franchement, tu trouves ça normal de/que : Une femme seule ne puisse pas se promener dans les bois. J’adore pourtant, regarder/identifier les champignons, prendre des photos, écouter les oiseaux.

C’est exquis de :

C’est une de mes passions : (Ça me rend extatique) Je vous montre l’avancée de ma couverture en double knitting. On commence à voir les petits moutons.

En ce moment je lis : « L’art de se sauver. Alexandra David-Neel exploratrice et féministe » de Laure Dominique Agniel. Un des livres du mois de mon club de lecture. L’autre, je ne vous en parle même pas tant il était gnangnan.

C’est la bibliographie de cette exploratrice. L’auteur s’est servi de la correspondance de la dame avec son mari. Je ne suis pas fan des bibliographies.

Je dis « respect » à : 

Je ne résiste pas à : A cette odeur de cake marbré à la pâte à tartiner.

J’vais t’dire une bonne chose :

Dans ma bagnole je n’ai besoin de personne et j’écoute à fond :

La pensée hautement philosophique de la semaine : 

Je me taperais bien :

J’ai été raisonnable :

Cette semaine pour la première fois j’ai : Embauché une aide ménagère. Depuis le temps que j’en parlais, que j’avais des choses mieux à faire que le ménage chez moi. A voir…

C’est bien la dernière fois que je : vais chercher des champignons, seule dans les bois. Juré craché !

L’émission de tv, de radio, ou l’article de presse qui m’a le plus frappé cette semaine c’est :

Plutôt que d’être assise à mon bureau, là tout de suite j’aimerais mieux : Je ne vais pas rester longtemps parce que je suis sur le ballon de fitness (Ca muscle !)