Guide option clown

Quand on visite plusieurs sites à la suite, on a tout le loisir de comparer l’organisation des visites, l’accueil, la manière de faire des guides lorsqu’il y en a. Dans certains endroits, pas le choix, le guide est obligatoire, parfois on vous fourgue un classeur; imperméable parce que la visite est en grande partie sous la pluie.

De plus en plus, nous avons remarqué que les guides sont des intermittents du spectacle, option clown. Comment présenter à des béotiens dont bon nombre de jeunes enfants, un château féodal en partie en ruines, que les enfants se tiennent sages, parce que parfois les parents n’en ont rien à foutre, et laissent vaquer leur progéniture partout avec de temps en temps un « Kévin ici » sans conviction, un « un, deux, trois » plein d’une promesse d’une punition à trois, héritée de l’émission Super Nanny.

La méthode ? On demande les prénoms des gens petit à petit, on confie des clefs à un gosse pour le petit numéro à la fin, on trouve un ennemi imaginaire sur lequel on va passer toute la haine (ici c’est facile, l’ennemi héréditaire, c’est l’anglais – c’était la guerre de 100 ans). On pose des questions un peu complexes, on les repose un moment après, il y a toujours quelqu’un qui a retenu le mot. On fait rire les parents, on fait rire les gosses, on souligne habilement à un moment que les guides sont des saisonniers payés au pourboire. Mais bien sûr, voilà la raison de tout ce cinéma.

Moi qui suis une quiche en histoire, j’ai quand même retenu deux ou trois trucs, mais je passe un bon moment, comme tout le monde je pense. Vive les guides option clown !

Publicités

6 réflexions sur “Guide option clown

  1. Quand la visite sans guide n’est pas possible, je suis de celles qui essayent de se faire toujours un peu semer pendant la visite, en traînant en arrière, pour profiter de l’ambiance , quelques instants seule …

    • C’est vrai que c’est pas mal, quand c’est possible. Là, il rassemblait ses ouailles avec obstination. Parfois, il m’est arrivé aussi de me faire semer par le guide, qui allait si vite, si vite qu’on a même pas le temps de prendre des photos (Topkapi à Istanbul par exemple).

  2. Au fond ,c’est la même évolution pour les musées, les émissions de télé sur l’Histoire etc., il faut du ludique pour capter notre attention de plus en plus éparpillée…

    • J’ai préféré la visite de la grotte de Fond de Gaume, le guide nous laisse regarder, apprécier, nous recueillir presque, devant ces vestiges de 15000 ans. Pas d’avis péremptoire, à peine des hypothèses, et nous incite à laisser notre imagination vagabonder.

Exprimez-vous

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s