La vieillesse

Ma vieillesse, je la vis au quotidien, mais je la supporte plutôt bien. On ne se voit vieillir que quand on rencontre des personnes qu’on a pas vues depuis longtemps, ou quand -comme me disait une amie- c’est un chirurgien à dreadlocks (plus jeune que notre fils) que l’on rencontre pour préparer une opération cruciale. Par moment, je me sens trop fatiguée, ou j’ai du mal à soulever/dévisser, mais je fais avec.

La vieillesse de mon père par contre, j’ai un peu de mal à supporter. Quand je décris les changements que je vois chez mon père -81 ans- M. Blanc me dit « Tu t’y attendais ». Et c’est vrai, mais pas si tôt. Entre la théorie « Ca vient d’un coup », « c’est souvent après une opération, une chute » et la pratique : il a simplement un rhume qui ne passe pas, et devient probablement un peu sourd, entre la théorie et ce qu’on vit, il y a un monde.

Lorsque j’en parle à mon frère, qui vit encore plus loin que moi de lui, il me dit « il est en bien meilleure santé que ne l’était son père à son âge ». C’est vrai que mon grand-père, veuf encore plus jeune que mon père, est décédé à presque 83 ans, mais il était en maison de retraite depuis quelques années déjà.

Le souci, c’est que je vis à 130 km de lui, que je le vois de temps en temps seulement, que je ne peux, pour l’instant, pas l’aider pour le quotidien. Nous nous sommes rencontrés hier au restaurant, je l’avais invité alors que j’étais en déplacement (j’ai cet avantage). Mais je l’ai vu si fragile, si perdu. Si fatigué (il faut dire que le rhume carabiné qu’il avait choppé n’y était probablement pas pour rien), sourd dans un environnement relativement bruyant. Pfff, qu’est-ce que j’ai pu répéter hier ! Et surtout, je repère quelque chose dont il m’avait parlé un peu : il n’a plus très faim, même lorsque ce n’est pas préparé par lui et que c’est appétissant.

Je cherche des solutions, aller le voir plus souvent, lui préparer un peu à manger pour la semaine lorsque j’y vais.

Nous réfléchissons à son entourage, ses amis. Pensons, comme lui sans doute, à son rapatriement dans le lieu de vie le plus pratique pour lui (un appartement avec tous les commerces à proximité où il vit l’hiver). La maison avec jardin où il vit l’été est trop grande, trop fatigante (un énorme terrain à tondre). Je lui propose de chercher des personnes pour l’aider (ménage, jardinage), mais il ne veut pas l’entendre -en tous cas pour le ménage.

Voilà, le temps est venu, et ça me tracasse.

Publicités

7 réflexions sur “La vieillesse

    • Je l’avais oubliée. Tonitruant Brel.
      Je crois que tu te poses des questions aussi sur quelqu’un de proche. Pas facile !

  1. Etant passée par ce processus avec mon père qui n’a jamais voulu l’aide d’une femme de ménage etc. il y a pourtant un point concret, bien plus important qu’il n’y parait : la surdité. Si ton père en a les moyens car c’est cher, pousse le à se faire appareiller. Ne pas entendre bien pousse à se replier , parce que dixit mon père et d’autres , dès que plusieurs personnes dans la pièce, ils n’entendent plus qu’un brouhaha qui les fatigue et plus du tout leur interlocuteur ,donc ils ne peuvent pas tenir une conversation, ont honte qui plus est, vis à vis de celui qui leur parle. Et nous on s’épuise à leur crier et répéter. Ca les pousse à rentrer dans leur coquille , s’isoler, déprimer. J’ai vu mon père se faire appareiller à plus de 80 ans , et d’autres plus jeunes et tous transformés, revivre ! C’est exactement comme les lunettes en fait, qui accepterait de sortir sans voir personne ? Et pourtant pour entendre ,ce n’est pas encore devenu une évidence, pourtant ça devrait.

    • Je vais lui en parler la prochaine fois que je le verrai (de vive voix, c’est mieux). Normalement, il a de quoi se payer un appareil auditif, pour le changement des piles par contre (elles sont tellement petites !) ce sera peut-être un peu délicat. Je vais lui proposer au moins de faire un test. Je sais que ma mère et lui en avaient fait un, mais ça remonte au moins à 5 ou 6 ans.

    • Pour les piles, il y a des appareils auditifs moins discrets mais qui sont plus faciles à manipuler, de toute façon tout ça se discute avec le spécialiste, s’il est sérieux, il va trouver la meilleure solution adaptée …

  2. L’idéal serait d’arriver au jour de notre mort en bonne santé. Mais quand cela arrive, on se plaint souvent que c’est trop tôt 😉
    Il y a des personnes qui fonctionnent bien jusqu’au bout, et d’autres qui déclinent avec un grand besoin d’assistance. Mais cela a plus trait au caractère de chacun qu’à la mort.
    Moi non plus je ne me vois pas vieillir, car je vis au présent, mais cela n’empêche pas de sentir les années, les lendemains de fête ou de grands travaux ,-)

    • Moi, c’est le pilulier. Quand j’ai commencé à prendre un peu trop de médicaments et avec des rythmes compliqués, là, je me suis sentie vieillir, même si ça n’a pas trop de rapport.

Exprimez-vous

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s