Izmir trans et caetera

Je suis là, mais le retour de vacances, tous les impératifs avant de reprendre les activités de l’hiver, tout ça tout ça… Et finalement pas grand chose à raconter ici.

Tout de même, j’avais des petites petites anecdotes à raconter sur mon voyage.

Une semaine à Izmir. Je l’ai peut-être déjà dit ici, je n’aurais pas choisi d’aller à Izmir mi-août, mais bon, les dates de la re-fête de mariage de mon fils au pays de son père étant fixés ainsi, parce que ça arrangeait tout le monde, moi y compris, nous avons pris nos billets, avion, hôtel et voilà.

Izmir, ça faisait 13 ans que je n’y étais pas allée. Je l’ai redécouverte, avec des moments où je me disais, tiens, là ça me dit quelque chose, et d’autres fois, rien du tout. Izmir est une ville gigantesque, en plein essor économique, comme toute la Turquie de l’Ouest en tous cas. On comprend mieux (enfin presque) que les turcs ont élu un pourri futur dictateur à la tête de leur état. L’économie florissante, ça rend les gens aveugles et sourds faut croire !

Izmir, s’est vraiment améliorée. Vive le maire qui a préservé le Kordon (Front de mer) de cette immonde autoroute à 4 voies dont on voit les prémisses sur le port de commerce au nord. A la place, il y a des allées, des pelouses, des gens qui flânent le soir, un vrai plaisir pour prendre la fraicheur après les 37° à l’ombre de l’après-midi.

Pour la fête, j’ai décidé d’aller chez un coiffeur. J’ai choisi un peu au hasard, un petit boui-boui de quartier. Alors que j’attendais que mes cheveux refroidissent autour de brosses -La coiffeuse a fait ça à l’ancienne, au lieu de me poser des bigoudis, elle a fait un brushing musclé (je voyais mes cheveux fumer) et a laissé les brosses comme ça, en attendant que ça refroidisse !!! Impressionnant. Je me suis dit que mes cheveux était foutus, et finalement non – Bref, alors que j’attendais que mes cheveux prennent forme, une jeune femme est arrivée pour s’assoir à ma gauche. Moderne, féminine, ipad posé à proximité, sur lequel elle vérifiait sans arrêt des trucs. Hyper connectée, la nana. Puis, elle a commencé à parler, avec une voix de basse. J’osais pas trop fixer, mais la curiosité l’a emporté. Un magnifique trans. Bien réussi.

Le soir-même, à la fête, nous avons beaucoup dansé. J’avais demandé si on pouvait avoir une danseuse du ventre. Je voulais que mes compagnons de voyage voient ça quand même. Ca fait partie de la tradition ici. On avait préparé mon père à mettre un peu de monnaie dans le costume de scène (ceinture, soutien-gorge).  Arrive le moment. Une belle danseuse, cheveux très longs, blonds décolorés. En la regardant dans cette lumière artificielle, j’ai trouvé qu’elle avait un peu forcé sur la chirurgie esthétique. Visage figé souriant, un peu étrange. Prenant mon fils à part, je lui en parle. Il me répond en riant « Tu parles ! C’est un trans ».  Trans ou pas, elle a assuré sa prestation tout a fait honorablement, montant sur les tables, « s’offrant » aux mains des personnes qui voulaient mettre de l’argent. Un seul petit reproche, ses musiques étaient plus arabes que turques. Comme si on ne pouvait pas trouver dans le répertoire turc des musiques à danser !!

Nous ne l’avons annoncé que le lendemain à mon père, qui était un peu déçu, il faut le dire. Puis dans la rue, nous en avons vu plusieurs, en cours de transformation ou finis, superbes. Pas d’ostracisme visible.

Le premier dont j’ai entendu parlé était ce chanteur/chanteuse Bülent Ersoy. Une voix magnifique, adorée de tout le pays.

bulent-ersoy_16802-300x300Je vous mets sa photo lorsqu’elle avait 25 ans. Maintenant, elle ressemble plus à une caricature d’elle-même. Pas facile de vieillir ! Surtout quand on abuse de la chirurgie.

Publicités

6 réflexions sur “Izmir trans et caetera

  1. Oulala j’ai eu la curiosité d’aller voir la tête de l’artiste maintenant…
    😦 Je me demande comment on peut être à ce point mal dans sa peau pour s’infliger ça :-(… La pauvre.
    (J’arrive de chez Jeanne, où j’ai vu que tu avais été au lycée à LR ;-))

    • Elle avait une voix magnifique, adulée de tout le pays, mais la chirurgie esthétique on peut en devenir accro.
      LR, toute mon enfance, et j’y ai encore des attaches, toi aussi je crois. Au fait, j’ai regardé ta prestation télévisée. Bravo. Tu étais très à l’aise.

  2. Je serais incapable de confier mes cheveux à n’importe quelle coiffeuse
    alors là , tu fais fort !
    danse du ventre ,ouh la la , ça plait toujours ça
    tu as fait quelques photos de la fête quand même ?
    Un jour j’irai là bas
    certainement

    • Si tu ne dois aller qu’une fois en Turquie, c’est Istanbul qu’il faut voir. Un peu plus cher, mais tellement de choses à visiter !
      J’ai des photos de la fête, mais pas les miennes.
      Pour le coiffeur, j’ai changé ces dernières années, mais en général, ça me va. Là, c’était un peu risqué je l’avoue, mais j’ai toujours des cheveux, tout va bien. (Pour me rassurer, je me rappelais les têtes réduites du musée du Quai Branly « les cheveux ne se détruisent jamais » 😉

Exprimez-vous

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s