Urgence

« Si tu veux pas d’ennui, pas d’animaux, pas de frère, pas de père. »

« Pas de mari non plus ? »

Nous étions assis dans la salle d’attente du vétérinaire de garde, chaises rapprochées et main dans la main. C’était un peu la panique à bord pour moi, larme à l’œil et mouchoir dans la main. M. Blanc lui, égal à lui-même, rassurant et calme. L’histoire avait commencé deux heures plus tôt. Nous étions devant la télé regardant un reportage tout à fait édifiant sur la monarchie du Danemark – y a vraiment rien à la télé le samedi soir-. Tout à coup la lumière s’allume dehors et je vois le chat rentrer clopin-clopant en miaulant de détresse. Au début, j’ai cru qu’il avait l’arrière train paralysé. Vite, on ouvre la porte, il arrive à peine à marcher. « Il s’est fait choper par une voiture »  « Et il est rentré ! »

Panique à bord.

M. Blanc le prend dans les bras, il se laisse faire, il a du sang sur la patte, deux blessures pas trop graves, du sang sur la truffe et dans l’œil. On l’examine superficiellement, il miaule comme un perdu. Il faut appeler le véto de garde, mais où, comment… J’appelle le véto habituel qui de sa voix posée dit que le cabinet est fermé, mais qu’on peut appeler le véto de garde à tel numéro une fois, deux fois « je répète 0549…. ». Comment sait-il qu’on panique ? J’appelle et tombe sur la plateforme de l’agglomération. Elle note les infos « un vétérinaire va vous rappeler ». M. Blanc va se changer, et moi j’essaie de prendre le chat qui saute littéralement de mes bras, pour suivre son maître, depuis que M. Blanc est à la maison, il s’est vraiment créé un lien indéfectible entre eux.

« Non, mon chat, pas l’escalier »

Pendant ce temps-là un véto rappelle, nous demande de le mettre dans une cage, nous indique où est le cabinet de garde, nous demande en combien de temps on peut y aller et qu’un véto y va aussi et que s’il n’est pas là on doit l’attendre. Ce que nous faisons. GPS en marche parce que c’est un endroit où nous ne sommes jamais allés. Le pauvre chat miaule dans sa cage, parfois, il se tait, et là je lui parle, il répond, ouf ! C’est à cause du sang à la tête, j’ai vraiment peur qu’il meure là, le temps qu’on fasse les 20 km.

« Doucement »

C’est moi qui conduit et je suis un peu brusque, je tremble de la tête aux pieds. Arrivés là-bas, il fait nuit noire, et la tempête se lève. Nous attendons le véto dans la voiture. Il arrive au bout de 5-10 minutes, nous ouvre, nous demande ce qui s’est passé, puis va se changer. Nous entrons avec lui dans la salle de consultation, il le palpe, écoute son cœur, l’examine.

« Alors mon loulou ? »

Vous avez remarqué que les vétos donnent toujours des diminutifs affectifs aux chats ? Mais bon… on ne va pas s’y attarder. Il  émet des hypothèses : « le sang dans la cage s’est peut-être la vessie », il regarde plusieurs fois l’œil, ouvre la gueule du chat qui ne dit rien, se laisse manipuler. Il note nos coordonnées sur un petit carnet, le poids du chat 4 kg 750 et nous annonce qu’il va le garder. Il fait une piqure pour le sédater et nous dit de rester avec lui. Pas manqué, le chat essaie de se lever et de descendre de la table. On le caresse et il s’endort. Puis, il nous dit qu’il va faire des radios et le mettre sous perfusion, nous propose de rester dans la salle de consultation seuls, mais il n’y a qu’une chaise, nous préférons la salle d’attente. Là, entre un couple avec une espèce de mélange d’épagneul breton et de setter, qui tout à coup se met à vomir tout ce qu’il sait sur le carrelage. De l’eau, que de l’eau avec un beau bout d’os au milieu. Le mari se demande s’il faut nettoyer et la femme répond « non, comme ça le véto verra ». Pendant une heure, on voit dans le reflet de la vitrine le vétérinaire entrer et sortir dans différentes pièces avec le chat dans le bras, ou pas.

« Il est sous perfusion » me souffle la dame.

On entend des bruits, la tondeuse, l’aspirateur, les clics du plateau de suture, le bruit de la radio. On suit sans voir vraiment ce qui se passe. Puis M. Blanc me dit qu’il l’a vu passer dans une autre pièce, et que le chat est probablement dans une cage. Le véto revient, et nous dit « je m’occupe du chien et je vais vous expliquer ce que j’ai fait ». Les gens attendaient depuis une heure. La consultation ne dure pas longtemps, ils croyaient bien faire en donnant un os à ronger.

« On nous a dit que les os à moelle c’était pas mauvais »

« Non, non, aucun os »

« Mais pourquoi en vendent-ils au supermarché alors ? » Le véto hausse les sourcils avec un sourire en coin, et il explique en les accompagnant vers la sortie : « Si ça passe, tant mieux, sinon, ça va boucher, il va se mettre à vomir, et l’antiémétique servira à rien, il faudra opérer » Je résume un peu les dires du véto, mais en gros c’est ce qu’il leur a dit. Le chien, lui, frétille de la queue.

Le véto vient vers nous : «Voilà, il a une luxation de la hanche.»

Il nous montre les radios, comment il a remis l’os en place, radios à l’appui, comment il va falloir maintenant le « confiner », nous explique qu’il y a une chance sur deux pour que le fémur tienne en place, que sinon, il faudra couper la tête de fémur (on ne met pas de prothèse sur un chat), qu’il y a des chances pour que ça tienne mieux parce qu’on l’a amené tout de suite. Profitant qu’il était shooté, il a fait les sutures. Pour l’œil, il faut surveiller, il parle d’un éventuel glaucome et même d’une possibilité énucléation. Il dit qu’il va le garder le week-end. Il parle aussi des suites, lorsqu’il sortira, qu’il faudra le mettre dans une pièce où il ne peut monter nulle part pour que la hanche se remette le mieux possible.

« J’ai pensé à un truc cette nuit, tu sais quand on ira le chercher lundi, on pourrait apporter une boite de chocolat au véto, je sais que c’est son boulot, mais il était probablement à peine rentré de sa journée de samedi, un dîner peut-être, et il est revenu pour Mandarin. »

Et oui, notre chat ne s’appelle pas ni « loulou », ni « chouchou » mais Mandarin 😉

Si ça vous intéresse, je suis régulièrement un blog qui s’appelle Boules de Fourrure.

Publicités

5 réflexions sur “Urgence

  1. J’ai perdu mon chat (de vieillesse) il y a peu, je compatis !
    On se fait autant de soucis que pour nos enfants ! Et les vétérinaires de garde, les SOS véto, je ne connaissais pas, j’ai découvert et je comprends pourquoi ça existe ! Bon courage à Mandarin et à ses maîtres !

    • Je me rappelle de ça. C’était après l’été il me semble. Mon premier a disparu lui, et c’est difficile aussi. Celui-là, ne fera sans doute pas de vieux os avec la route à proximité, mais bon…

  2. Bah dis donc quel aventure 😦
    Il a pas de diminutif Mandarin?
    Tu nous dira comment ça se passe pour lui?
    Pas facile de garder un chat tranquilo dans une pièce 😦
    J’ai eu des expériences vraiment ultra fatigantes avec des chattes qui ne devaient pas bouger …
    Au bord du divorce à cause d’une chatte enfermée pendant 15 jours 😥
    Mon chat s’appelle Youri et je l’appelle You, ou Youyou ou Mimou (pas Minou)

    • Le vétérinaire nous a appelé deux fois aujourd’hui pour nous donner des nouvelles. Les nouvelles sont plutôt bonnes, il souffre beaucoup, mais le véto a trouvé son point faible, les gratouillis sur le ventre. Il me plait bien ce véto 😉
      Et pour les surnoms, c’est tout ce qui passe par la tête « Minouchet », « Minouchette », « Choupinet », »Biquet », du grand n’importe quoi 😉

Exprimez-vous

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s