Préjugés

Dans mon entreprise, il y a un service de « collectes et remises » de La Poste. Tous les matins et tous les soirs, défilent les facteurs/trices de la PIC (Plateforme Industrielle du Courrier) voisine. Ce matin, c’était l’armoire à glace. Un beau bébé de 2 m et facilement 100 kilos, cheveux très courts pour ne pas dire rasés. Ce matin, il apportait en plus du courrier des corbeilles vides pour recycler le papier.

– Bonjour

– Bonjour

Il voit les ciseaux sur la table du courrier.

– Je vous emprunte les ciseaux, je me suis cassé un ongle et je déteste ça.

???!!!

Je lui ai proposé un pansement, au cas où, mais il a décliné l’offre.

Voyage à Nantes

Lorsque nous voyageons, M. Blanc et moi, pour quelques jours, en hiver, c’est souvent hôtel/restaurants. A midi, nous allons où notre feeling nous pousse, petite structure, petite carte, proximité, originalité, prix raisonnables. Pour le soir, c’est plus compliqué, d’autant qu’il ne fait pas trop chaud pour errer dans des rues que nous ne connaissons pas. A Nantes, il y a des tonnes de restaus au point que je ne comprends pas comment ils peuvent tous survivre. Mardi midi, nous avons visité la crêperie à côté de l’hôtel. On voyait la dame faire les crêpes, je n’avais jamais vu ça, elle attrapait la motte de 500 g de beurre ( par le papier quand même) pour la frotter sur les crêpes !! Les crêpes avaient un délicieux goût de beurre salé. Diététiquement… je ne sais pas ce que ça valait, mais gustativement, c’était simple mais super.

Mardi soir, j’avais choisi sur un site de réservation en ligne. C’était parfait, bonne cuisine maison, présentations artistiques, serveur attentif. Impeccable.

Avant hier soir, je suis un peu moins bien tombée. Le repas était correct, mais c’était visiblement une structure débutante, serveuses très jeunes, on a pas vu de chef, carte indigente. Et le pire du pire, « musique d’ascenseur ». Au moment de payer la note, pas chère grâce à la promo du site de réservation, nous sommes allés parler à la serveuse, lui demander ce que c’était que cette musique ( un cd, la radio ?), elle nous a répondu  : c’est sur internet, j’ai tapé « musique de restaurant ». Nous avons éclaté de rire tous les deux, en pensant, ça aurait pu être pire, on aurait pu avoir des chants de baleines ou des musiques pour cours de méditation transcendantale !

Allez-voir sur le net, c’est assez lamentable (à mon avis évidemment).

Si eux aussi sont accro à leur iphone…

Visite trimestrielle chez le médecin. J’ai quelques questions à lui poser, comme d’habitude. Malheureusement, comme c’est les vacances scolaires (mon généraliste n’est pas un acharné, et prend le temps de vivre sa vie), c’est son remplaçant qui me reçoit. Je ne le connais pas, mais je pose tout de même mes questions.

Résultat d’analyse. Il ne comprend pas plus que moi apparemment, « Rien de grave » qu’il me dit. Les responsables de laboratoire se donnent un malin plaisir à décrire les résultats avec des mots qu’on dirait des gros mots, mais j’ai lu moi aussi la dernière phrase « pas de trace de cellule carcinomateuse ». Tout va bien donc.

Deuxième question : un dosage un peu particulier d’hormone. Le jeune médecin sort son iphone et me lit ce qu’il y a sur l’écran. Super !!

Je rectifie son ordonnance : « Euh, je crois que c’est pris en charge à 100% ». En fait, j’en suis sûre, mais je veux être polie.

Je sors de là, j’ai mes ordonnances, j’ai une petite explication pour un médicament (qu’il a lue sur son iphone), que demander de plus ?

C’est pas pire que la dernière fois, où pour un prélèvement biologique, l’interne a lu la notice, je la voyais récapituler le protocole dans sa tête. A un moment, elle m’a même posé une question. J’ai hésité à lui dire que j’étais la patiente, mais je me suis tue.  Finalement le prélèvement était impeccable. Je soupconne le médecin (qui m’avait demandé si j’étais d’accord avant de me donner le rendez-vous) d’avoir malicieusement mis son interne dans cette situation (il est formateur de médecins). Quel pédagogue !