Nuit mouvementée

Dans la nuit de jeudi à vendredi, un grand boum … un autre.

Perdue dans mon sommeil, j’en attends un troisième qui ne vient pas, puis la voix de M. Blanc affolée « appelle les pompiers ». Pas trop réveillée, je fais le 18. Téléphone en main, je vais à la fenêtre de l’étage face à la rue. Une voiture est encastrée dans notre mur de clôture. Plus de portail, plus de portillon, un muret est perpendiculaire à sa position d’origine. Dans la voiture, personne. Je m’excuse donc auprès des pompiers et je raccroche. Un voisin arrive en disant qu’il a appelé les flics qui arrivent d’ailleurs très rapidement. Ils sont quatre. Il fait un froid de canard dehors (ça gèle en ce moment la nuit), j’enfile un gros polaire, un jogging et je descends. Mon mari discute avec les flics. Ils tournent autour de la voiture, l’un d’eux ouvre la porte « ça sent la beuh », il trouve un permis de conduire. Le témoin dira qu’ils étaient deux, et qu’ils se sont enfuis.

Je fais des photos.

Un peu branquignols, ils sont partis avec la clef de la voiture, mais en laissant une pièce d’identité.

Un remorqueur arrive rapidement et enlève la voiture.

Le jour venu, notre jardin est un champ de bataille, de l’huile de vidange et du glacéol partout. Moi qui ne veut pas mettre de produits désherbants, c’est gagné !

Je refais des photos.

On en reparle encore et encore, des voisins qu’on ne connaît pas s’arrêtent et discutent. Après la paperasserie, on échafaude la manière dont il est arrivé là, la vitesse de la voiture, l’orientation, les traces sur le sol, la manière dont toutes les portes en pvc ont éclaté. On joue au jeu de celui qui retrouvera le bout de plastic le plus éloigné. On ramasse et on trie tout. « C’est presque pas abimé, avec un peu de colle 😉 ».

Tout le monde pense que c’est un camion qui a fait ça, et non. Il a eu de la chance que le mur de clôture de cette maison ne soit pas très bien fixé, sinon, la voiture aurait été beaucoup plus abimée et les passagers aussi.

Maintenant, on espère que les travaux ne vont pas trop tarder !

Publicités

Des nouvelles

Je ne me considère plus comme une blogueuse, mais comme je lis régulièrement les aventures et mésaventures d’autres blogueurs et blogueuses, je me sens un peu voyeuse.

Pour ceux que ça intéresse, et dans l’idée d’une réciprocité, voici donc quelques nouvelles de ma vie qui est en plein bouleversement.

Le plus important : je suis devenue grand-mère d’une petite puce qui est née à l’autre bout du monde (Polynésie Française), c’est loin mais les progrès techniques font qu’on est plus obligés d’attendre le courrier postal par bateau pour avoir des nouvelles ! Merci internet.

Cette carte est une production (décalée comme toujours) des compères Plonk et Replonk

J’attends avec impatience sa venue en Août. Non, les progrès de la science ne sont pas tels qu’elle pourra venir seule, j’ai hâte aussi de voir ses parents et j’ai prévu un deuxième voyage là-bas en 2018.

Deuxième grande nouvelle : j’ai obtenu une pré-retraite. Mi-temps jusqu’à la fin de l’année (un peu moins avec les congés) et après, finito, à 70% de salaire jusqu’à la retraite. Ca va être top ! M. Blanc et moi avons pleins de projets et nous sommes assez jeunes pour les vivre pleinement et en profiter. il va simplement falloir que je m’habitue à ne pas essayer de faire le 100 % dans le mi-temps, apprendre à dire non, à prioriser.

La troisième grande nouvelle, qui découle de la seconde : Nous allons nous installer en Charente Maritime. Retour aux sources pour moi.

J’ai vu sur internet

J’étais partie chercher mes nouvelles lunettes chez l’opticien. Samedi en fin d’après-midi, le parking d’un grand supermarché était hyper bondé, et comme je n’avais pas trop envie de me faire chier à tourner, guetter, et me précipiter sur une place libre et que j’aime bien marcher, je m’étais garée assez loin (tout est relatif). Lorsque je suis revenue, non loin de moi, trois gamins autour d’une grosse Citroën. Quand je dis des gamins, ils avaient l’âge de conduire, mais les garçons avaient des têtes de « calculettes » comme les appelaient mon fils. 18-19 ans quoi. Les garçons étaient penchés sur la roue arrière, visiblement dégonflée. « En bas » comme dit mon père. Ah ah.

Ils m’expliquent que la valve est cassée, carrément.

La fille, elle, était assise sur la roue de secours avec son smartphone à la main.

Ils essayaient visiblement de démonter la roue, mais sans grand succès. Je m’approche, et essaie de comprendre leur problème. Au moment où j’arrive, le cric est installé mais la voiture à peine levée. Je suggère de lever un peu plus la voiture pour dégager la roue. Apparemment aucun d’entre eux n’a jamais changé de roue de secours, ils sont allés au Vert Feu tout près, mais on leur a dit « ramenez-nous la roue. A ce moment-là, le cric lâche. Oups ! Bon, personne n’était dessous.

Je suggère qu’il y a un endroit spécial pour mettre le cric sur le côté de la voiture.

« Mais, oui, c’était marqué comme ça sur internet ». J’aime bien quand on vérifie sur internet que ce que je dis est bien vrai  😉

Je ne connaîtrais pas la fin de l’histoire, cette voiture avait des jantes alu et l’outil spécial pour dévisser le boulon de sécu était défectueux, après une tentative, je leur ai conseillé de retourner voir le mec de Vert Feu pour qu’il les aide. Il n’y pas tout sur internet, la communication entre humains, c’est pas mal aussi.

Malgré tout, je suis déçue, en général, quand une femme de mon âge prend une manivelle près d’une voiture au pneu crevé, un homme se précipite. Là, personne. Je ne suis pas assez jeune, pas assez blonde, ou assez vieille… qui sait…

Après-midi bénévolat

paquet

Un mois auparavant, nous avions rencontré une bénévole amie de M. Blanc au marché. Celle-ci se plaignait qu’elle ne trouvait pas grand monde pour faire des paquets cadeaux au bénéfice de leur assoc. En réfléchissant, je me suis dit que j’aimais bien faire les paquets cadeaux et que je pourrais proposer ma participation quelques heures un week-end.

C’était hier, de 15 h à  20 h quand même ! Comme je suis une mère précaution, j’avais emporté un gilet supplémentaire, une paire de ciseaux convenable, du scotch et une thermos.

Nous étions quatre (nombre imposé par la direction du magasin), deux paires de ciseaux, dont un pour bébé, deux dérouleurs avec du scotch et du papier tout mou.

La prochaine fois, j’emmène mon papier et du bolduc (je plaisante, mais franchement, qu’est-ce qu’ils sont radins dans ces magasins !)

Attendre à la sortie des caisses d’un supermarché de sport, c’est comme quand on est assis sur la plage, on voit défiler toutes sortes de personnes –sociologiquement intéressant-.

Et un défilé d’objets dont certains, je ne voyais absolument pas à quoi ils pouvaient servir. C’est une année à vélo ou à trottinettes, non ? Nous attendions des défis à réaliser, un vélo avec ce papier, non, je ne fais pas, les cannes à pêche non plus. Par contre j’ai emballé un manteau pour cheval et un tas de vêtements super fluo pour les chasseurs.

Une baraque arrive avec deux poids qu’il porte avec facilité. Il en pose une sur la table. « Vous pouvez me faire un paquet cadeau ? » Je tente de soulever la chose, avant de voir un gros « 20 kg » sur le côté. « Euh, non, ça ne va pas être possible », Sa copine, dit « on va prendre du papier et on fera ça nous même,  T’as mis un peu de sous ? ».

Classe ! J’aime bien ces gens-là.

Nous avons fait des tas de paquets moches, mais moches !- genre les paquets de Felix dans « Le père Noël est une ordure »- Certains de ces paquets, je suis sûre que les gens en rentrant chez eux, ils les ont refait, mais bon, c’était pour une bonne cause.

Si vous voyez des assocs comme ça à la sortie de votre supermarché, et que vous voyez l’âge des participants, donnez quelques sous, au pire prenez du papier, mais ne faites pas faire le paquet sur place par un brave monsieur qui a la bloblotte et n’a jamais fait un paquet de sa vie, ou si faites-le, ça lui fera plaisir.

Et au fait, pas besoin de gilet, il faisait une chaleur à crever dans ce hangar.

Mise à jour des liens

J’ai renoué récemment avec ce blog suite à la fréquentation des urgences vétérinaires. Mes anciens amis de blog ont pratiquement tous « disparus », mais comme je continue malgré tout à lire des blogs avec de vrais articles, j’ai ressenti le besoin de dépoussiérer ma liste de liens. C’est un exemple de la diversité des liens que je visite (BD, Vétérinaire, Médical, Diététique et histoires de vie…).

Je ne mets pas tous les liens de cuisine, de bricolage (tricot, couture, crochet…) car je papillonne une page par ci une page par là.

J’assume de boycotter Facebook et autres réseaux sociaux, j’ai bien plus à faire dans la vraie vie, vous ne trouverez donc toujours pas de lien « like » ou autres conneries en bas de mes articles.